Ressources scientifiques

Vaccination anti-COVID-19 des femmes enceintes : mise à jour

Dr Benchimol Yéhouda19 janvier 2022

Le CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français) (et le GRIG (Groupe de Recherche sur les Infections pendant la Grossesse) publient le 12 juillet 2021 un communiqué venant rappeler l’intérêt de la vaccination généralisée et soutiennent la vaccination obligatoire pour les soignants contre le Covid-19.

La Covid est une maladie potentiellement très grave pendant la grossesse

Le CNGOF et le GRIG rappellent l’intérêt évident de la vaccination pour tous les intervenants en périnatalité (soignants médicaux et paramédicaux, administratifs).

Couples présentant un désir de grossesse

Ces couples doivent être sensibilisés au fait d’être vaccinés le plus tôt possible. Une vaccination récente ne doit pas remettre en cause un désir de grossesse ou un processus d’Assistance Médicale à la Procréation en cours.

Il est rappelé que la vaccination n’a aucun impact sur la fertilité.

Pendant la grossesse

La vaccination anti-Covid-19 est possible et même recommandée pendant la grossesse si non faite préalablement. En France, seuls les vaccins à ARNm (ARN messager) sont utilisés chez la femme enceinte.

La Direction Générale de la Santé (DGS) recommande d’éviter le premier trimestre par précaution. Si toutefois celle-ci est réalisée, cela n’a pas d’impact et le schéma vaccinal peut être poursuivi et le couple rassuré.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) publie un communiqué rassurant le 18 janvier 2022 sur l’utilisation des vaccins à ARN messager (Comirnaty et Spikevax) chez la femme enceinte. Un groupe de travail de l’EMA a procédé à une revue détaillée d’études portant sur environ 65 000 femmes enceintes tout terme confondu. Cette revue n’a pas mis en évidence de sur risque de complications telles que fausses couches spontanées ou accouchements prématurés ni d’effets secondaires chez les bébés à naitre dans ces groupes de patientes.

Ces études ont montré par ailleurs une réduction du risque d’hospitalisation et de décès des femmes enceintes le ramenant à celui de la population générale. Les effets secondaires survenant chez les parturientes sont semblables à ceux survenant dans la population générale, incluant une douleur au site d’injection, fatigue, céphalées, œdème dans le site d’injection, douleur musculaire et frissons. Ces effets sont habituellement légers ou modérés et régressent quelques jours après l’injection.

Vaccin anti SARS-CoV-2 et grossesse 3ème injection

Du fait de la baisse de l’immunité dans le temps ; du fait d’une vulnérabilité particulière des femmes enceintes vis-à-vis de la COVID, particulièrement s’il existe une comorbidité (maladie chronique, traitement immunosuppresseur, diabète, HTA, obésité, âge avancé…), une troisième dose de vaccin anti SARS-CoV2 doit être proposée aux femmes avec désir de grossesse ou enceintes, quel que soit le terme de la grossesse, lorsque le schéma initial date de plus de 6 mois.

Pendant l’allaitement

La vaccination ne perturbe pas l’allaitement et l’allaitement n’empêche en rien la vaccination.

Conclusion

Étant donné le délai entre le début de la vaccination et l’effet protecteur, Le CNGOF et le GRIG recommandent à tous et toutes de se faire vacciner le plus tôt possible.

Sources

lecrat.org

http://www.cngof.fr/ 12 juillet 2021

https://ansm.sante.fr/

http://www.cngof.fr/ 17 novembre 2021

https://www.ema.europa.eu/ 18 janvier 2022

À lire aussi
Top
Informations Coronavirus
Vaccination
Dépistage