Ressources scientifiques

L’infiltration épidurale, ce que vous devez savoir

Dr Laloux Juliette2 mai 2015

Généralités

Vous souffrez d’une lombosciatique. Le traitement médical réalisé en premier intention n’a pas été efficace. Votre rhumatologue vous propose des infiltrations épidurales.

L’objectif des infiltrations épidurales est de réduire l’inflammation locale, responsable principale des douleurs.

Quelles sont les indications ? En quoi cela consiste-t-il ? Comment cela va-t-il se passer ? Est-ce dangereux ?

Indications

Les injections péridurales de corticoïdes (épidurales) sont de pratique courante dans le traitement de la lombosciatique. Leur indication est précise. Elle ne sont réalisées que dans les lombosciatiques ou lombocruralgies mécaniques et uniquement en cas d’échec du traitement médical de premier intention.

Elles ne sont pas indiquées dans le traitement des lombalgies sans atteinte radiculaire, c’est à dire sans atteinte neurologique.

Comment se déroule l’infiltration ?

L’infiltration est réalisée au cabinet du rhumatologue.

Vous êtes assis au bord du divan d’examen et votre médecin vous demande de faire le dos rond. Après désinfection de la peau, une aiguille est introduite au rachis lombaire jusque dans l’espace qui entoure le sac contenant les racines nerveuses : l’espace épidural. Le médecin injecte alors un corticoïde soluble qui va diffuser dans l’espace épidural, autour des racines nerveuses. L’infiltration peut être renouvelée deux à trois fois, à quelques jours d’intervalle, en fonction de l’efficacité.

Infiltration rachidienne

Infiltration rachidienne – Infiltration épidurale

Exceptionnellement, en cas de difficultés techniques, (patient obèse, arthrose lombaire importante gênant le passage de l’aiguille), l’infiltration épidurale peut être réalisée sous contrôle radioscopique (infiltration radio-guidée).

Après l’injection

Il est conseillé de se reposer après l’injection. L’efficacité de l’infiltration survient le plus souvent au bout de quelques jours. Ce geste est la plupart du temps très bien supporté. Cependant, si vous ressentez des maux de tête intenses, des douleurs violentes au point de ponction ou surtout une fièvre, vous devez contacter votre médecin car il peut s’agir de complications du geste.

Quels sont les effets secondaires ou complications possibles ?

L’infiltration a mauvaise réputation et fait souvent peur. Pourtant, les risques des infiltrations sont faibles.

  • Un malaise vagal peut survenir durant ou juste après l’infiltration. Il est le plus souvent bénin et ne dure que quelques minutes.
  • Une rougeur et une sensation de chaleur du visage durant quelques jours après l’infiltration peuvent apparaître. On nomme ce phénomène un « flush » Cette rougeur est bénigne, liée à la diffusion des corticoïdes dans l’organisme. Il ne s’agit pas d’une allergie.
  • Des maux de tête, voire des nausées peuvent survenir. Il est alors nécessaire de rester allongé, de boire beaucoup d’eau et de prendre des anti-douleurs.
  • La compression des racines nerveuses par un hématome est une complication grave, mais exceptionnelle. Néanmoins, si vous êtes traités par anticoagulant, vous devez le signaler à votre médecin.
  • Une infection est possible, même si toutes les précautions sont prises pour l’éviter : matériel à usage unique, désinfection. En cas de fièvre associée ou non à une douleur lombaire après l’injection, vous devez contacter votre médecin rapidement.
  • Des complications neurologiques (phlébite cérébrale) sont également très rares.
  • Si vous êtes diabétique, vous devez le signaler car l’administration de corticoïdes peut parfois déséquilibrer le diabète. En cas de diabète grave ou instable, l’infiltration peut être contre-indiquée.

Les infiltrations font-elles mal ?

Quelques patients, très peu nombreux, gardent un mauvais souvenir de leur infiltration. La majorité cependant sont étonnés de ne pas ressentir grand chose.

La piqûre de la peau est le moment le plus désagréable, mais il ne dure qu’une fraction de seconde.

L’enfoncement de l’aiguille ne provoque pas de douleur. Plus vous êtes détendu, plus c’est facile.

L’injection du produit peut parfois réveiller un peu de douleur sur le trajet du nerf sciatique.

À lire aussi
Top
Informations Coronavirus